• La Malédiction d'Arkham

    La Malédiction d'Arkham

    La Malédiction d'Arkham (The Haunted Palace)(le nom d'un poème d'Edgar Poe)

    La Malédiction d'Arkham est la sixième des huit adaptations d'histoires d'Edgar Allan Poe réalisées par Roger Corman entre 1961 et 1965

    1963

    Origine : Etats-Unis

    Genre : Fantastique

    Réalisé par Roger Corman

    Inspiré de nouvelles d'Edgar Allan Poe et Lovecraft

    Scénario : Charles Beaumont

    Musique : Ronald Stein

    Avec Vincent Price, Debra Paget, Frank Maxwell, Lon Chaney Jr., Leo Gordon, John Dierkes

    Durée : 85 minutes

    En Nouvelle-Angleterre, Joseph Curwen, un sorcier, est brûlé vif par des villageois. En mourant, il leur promet sa vengeance. 110 ans plus tard son descendant, Charles Dexter Ward, hérite du château de son arrière arrière grand-père et part s'y établir. Sur place, les villageois, dont certains souffrent de malformations congénitales, lui réservent un accueil hostile, persuadés que la venue de Ward signifie le retour de Curwen. Et effectivement, une fois au château, Ward va être envoûté par le portrait de son aïeul, à tel point qu'il va sembler être littéralement possédé par l'esprit du sorcier...

    Au début des années 60, Roger Corman se fit une spécialité des adaptations de nouvelles d'Edgar Poe : LA CHUTE DE LA MAISON USHER (1960), LA CHAMBRE DES TORTURES (1961), L'ENTERRÉ VIVANT (1962), L'EMPIRE DE LA TERREUR (1962), LE CORBEAU (1962). Il accepta le tournage de LA MALEDICTION D'ARKHAM avec la ferme résolution de mettre un terme à cette série déjà piégée par le ton parodique du CORBEAU. Pour ce 6ème film du cycle Poe, Roger Corman se servit d'une nouvelle d'Howard Philips Lovecraft, "The Case of Charles Dexter Ward". C'était d'ailleurs la 1ère fois qu'un récit de ce maître du fantastique était porté à l'écran. La direction de A.I.P., qui pensait que la référence à Poe était un bon filon commercial, fit pression pour que Roger Corman renonce au titre de la nouvelle de Lovecraft. Bien que l'apport de Poe se limitat à quelques vers d'un poème, ce fut le titre THE HAUNTED PALACE qui s'imposa. LA MALEDICTION D'ARKHAM, qui débute par un superbe générique d'Armand Acosta (une araignée tisse sa toile sur toute la surface du CinémaScope), introduit un climat satanique assez étranger à l'œuvre de Poe. Malgré les déclarations de Roger Corman, le cycle Poe ne se termina pas avec ce film puisque le cinéaste se rendit en Grande Bretagne pour y réaliser LE MASQUE DE LA MORT ROUGE (1964) et LA TOMBE DE LIGEIA (1964), toujours avec Vincent Price.

    Le film est une réussite indéniable,brillamment mis en scène par un Corman au sommet de son art, un des meilleurs de Corman que j'ai pu voir jusqu'à prèsent.Le film possède une image superbe (la scéne du brouillard,etc..esthétiquement,il est parfait),un Lon Chaney Jr à la hauteur de son rôle, un Vincent Price schizophrène magistrale passant d'un jeu à l'autre avec brio (son combat Ward- Curwen) et une BO superbe!

    -Are you sure you're alright?
    -Perfectly sure, my dear! Perfectly sure! ^^

    Bref un film à voir absolument !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :